Gigantesque université où tout est permis ou presque !!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rescuing Stitch.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Falyn Walker

avatar

Nombre de messages : 33
Affinités : Alanis, Sasha
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Rescuing Stitch.   Jeu 23 Fév - 12:07

"Qu'est ce qui t'es arrivé, tout petit Boubou?"

Je ne qualifierai pas vraiment le bouledogue couché sur la table devant moi de "tout petit" mais le problèle avec moi c'est que tous les chiens sont des "tout petit Boubou". Ca doit être pathologique.
Mais peu importe au fond, parce que cette grosse boule d'amour est arrivé tout à l'heure la patte ensanglanté et l'air complètement paniqué. C'est mon collègue du refuge qui l'a amené tout à l'heure, il l'a trouvé errant dans la rue. Il aurait mieux fait de l'emmener chez le vétérinaire, ce crétin, mais bon la blessure n'a pas l'air profonde du tout. Je vais soigner du mieux que je peux et quand son maître arrivera je lui expliquerai le mieux à faire. ....Comme par exemple, NE PAS LAISSER SON CHIEN SANS SURVEILLANCE!

Je ne devrais pas m'énerver comme ça, je le sais. Il peut très bien y avoir dix explications rationnelles pour que ce chien se retrouve ici. Mais franchement, à force de travailler ici, je vois tellement de gens négligents avec leurs animaux que ça me fout en rogne. Il devrait être illégal pour certaines personnes d'être responsables d'un autre être vivant. A chaque fois que l'un de ces tocards arrivent ici, peu importe la raison, j'ai envie de leur cogner la tête contre les cages et de leur crier quelque chose comme "TU VOIS CA ESPECE D'ENFOIRE?! C'EST A CAUSE DE SALE DECHET DANS TON GENRE QUE CE CHIEN NE SERA JAMAIS HEUREUX!". Mais je ne le fais pas parce que 1. ça ne sert à rien de discuter avec des abrutis et 2.je me ferai virer sur le champs et j'ai besoin de ce travail. Alors je prends sur moi, chaque jour, et ça se passe bien. J'ai du me mettre au yoga et aux pilates, mais dans l'ensemble ça se passe bien.

"Arrête de me lécher les doigts, petit bonhomme. Je ne peux pas correctement te soigner si tu fais ça, parce que le produit que je t'applique là, il faut pas y toucher. Non, non, non. C'est pas bon pour les gros toutous comme toi Stitch, non, non, non."

Tout à l'heure j'ai vu qu'il avait un collier avec son nom et un numéro de téléphone. J'ai appelé mais Oh! ça alors! Aucune réponse. J'ai réessayer plusieurs fois avant de me résigner à laisser un message: "Bonjour, ici Falyn du Peace for Paws Animal Shelter, j'ai récupéré votre chien, Stitch, blessé à une patte. Veuillez vous présenter au refuge assez rapidement." Et j'ai raccroché. Bon, ce n'est pas très poli et mon patron ne serait pas super content avec moi. Il dit que je manque de sociabilité avec les bipèdes. Je lui ai répondu qu'il avait tort et que je n'avais aucun problèmes avec les bipèdes tant qu'ils n'étaient pas humains.
Enfin, avec un message comme ça, j'imagine que le maître de Stitch à un tant soit peu de cervelle, il va rappliquer ici pronto.

Je finis de bander la patte de Stitch et, plutôt que de le placer dans une cage en attendant un maître irresponsable que mettra des heures à arriver, je décide de l'emmener avec moi dans le bureau. J'ai une copie à rendre pour le lundi suivant et du bureau, j'ai une vue parfaite sur l'accueil. J'installe une couverture au sol pour Stitch, qui se laisse tomber comme une crêpe, et m'attele à la lourde tâche du devoir.

Je n'en suis qu'au deuxième paragraphe de ma dissertation lorsque la clochette de l'entrée retentit, nous faisant sursauter Stitch et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Vega

avatar

Nombre de messages : 27
Amours : Rien de sérieux
Affinités : Sacha
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: Rescuing Stitch.   Jeu 23 Fév - 15:18

Ça doit faire presque trois quart d’heure maintenant que je fais le tour du quartier, que je demande à chaque passant s’il n’a pas vu un chien bouledogue anglais, probablement blessé, mais à chaque fois la réponse est négative. Et alors que je m’emporte et que je file un grand coup de pied dans une poubelle -la renversant au passage – une petite vieille s’approche de moi, un peu tremblotante de m’avoir vu massacrer une pauvre poubelle innocente. Elle bégaye difficilement qu’elle a bien vu un homme récupérer un petit chien, tout à l’heure, et qu’elle avait vu la camionnette du refuge pour chien s’en aller avec. Je suis soulagé : merde alors, je ne dirais plus de mal des petites vieilles qui passent leur temps assises sur un banc à épier la vie des autres. Je suis très reconnaissant, puis, prenant conscience que la poubelle en question appartient à la petite vieille, je me dépêche de me mettre à genoux pour tout remettre à l’intérieur et de la remettre en place.

" Excusez-moi pour ça… Je, j’étais un peu…. Pardon. "

Soyons clair, je ne suis pas un mauvais type, juste beaucoup trop impulsif et bourré de maladresses quand il s’agit des excuses. Elle me sourit légèrement, sûrement amusée par la fougue de la jeunesse, je la remercie et me dépêche de sauter au volant pour prendre la route pour le refuge.
Peace for Paws Animal Shelter. C’est ce que la vieille m’a dit, et je trouve rapidement, en collant le GPS. Je me gare assez rapidement, et c’est d’un pas plutôt empressé que je franchis la porte d’entrée de l’accueil. J’espère que la vieille ne s’est pas trompée, sinon j’irais foutre le feu à sa poubelle… La sonnette retentit à mon entrée, signalant mon arrivée, me sortant de mes pensées. J’espère tellement…

" Euh… Bonjour ? " Je demande, en cherchant quelqu’un à l’accueil, puis je distingue une tête brune, derrière un bureau. " Je suis à la recherche d’un chien, un petit bouledogue, blanc et fauve. Une vieille dame m’a dit qu’on vous l’avez ramené ici… "

Je n’ai pas le temps d’en dire plus que j’aperçois ce bon vieux Stitch qui vient vers moi en boitillant, les oreilles plaquées, comme s’il pensait que j’étais en colère contre lui. Je pose un genou à terre et l’invite, tellement soulagé, à venir récupérer des caresses. Tout penaud, il vient se cajoler contre moi, honteux d’avoir eu si peur. Je le caresse et il me lèche les doigts, comme pour me dire pardon.

" Oh viens là, petit père, tu m’as fichus une de ces trouilles… Là, t’en fais pas, je sais oui, je sais… Toi aussi tu as eu les jetons, hein ? T’es le meilleur, mon vieux, tu as fait ce qu’il fallait, d’accord, je ne suis pas en colère. Là… On va t’emmener chez le vétérinaire... " Je le caresse et l’embrasse sur le front : il a grandi avec Lilo toujours dans ses pattes, alors forcément, il y a un lien très fort avec elle. Je n’imagine même pas ce qui aurait pu se passer si Stitch n’avait pas été là pour la protéger. " Elle va bien et c’est grâce à toi… Tu es un genre de super-héros pour elle, maintenant, tu sais, hein ?... "

Je réalise soudain que parler avec un chien peut sembler extrêmement étrange vu de l’extérieur. Je me racle la gorge et me redresse pour échanger de nouveau avec la tête brune -jolie tête brune d’ailleurs- qui maintenant se tient à l’embrasure de la porte. Stitch fait la fête à mes pieds, comme s’il était maintenant conscient que, merde, c’est vrai, c’était un héros !

" Excusez-moi, c’est juste qu’on a eu une grosse frayeur… Je vous remercie beaucoup de l’avoir récupéré, s’il lui était arrivé quelque chose… " je laisse ma phrase en suspens, ma sœur m’aurait probablement tué. Je récupère mon téléphone dans ma poche, juste pour prévenir ma sœur et mon père dans un SMS groupé que j’ai retrouvé Stitch. " Euh… Est-ce que je vous dois quelque chose ? " je demande, incertain. Après tout, est-ce que c’est un service payant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Falyn Walker

avatar

Nombre de messages : 33
Affinités : Alanis, Sasha
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: Rescuing Stitch.   Dim 26 Fév - 12:58

L'homme qui rentre est, je l'admets, plutôt mignon. Je me lève de mon siège et m'étire le dos: urgh, je ne pourrais jamais passer ma vie assise derrière un ordinateur.

" Euh… Bonjour ? "

Il cherche quelqu'un des yeux avant de m'apercevoir. Je suis à peu près certaine qu'il est là pour Stitch mais je n'ai pas l'intention de lui faciliter la tâche. Soyons clairs, je ne fais pas ça pour chaque personne qui vient chercher son chien. Mais Stitch va bien ,il n'y a donc aucune urgence et j'ai déjà décidé que ce type allait payer pour les trois autres attardés mentaux dont j'ai dû m'occuper aujourd'hui.

" Je suis à la recherche d’un chien, un petit bouledogue, blanc et fauve. Une vieille dame m’a dit qu’on vous l’avez ramené ici… "

Mais Stitch, qui s'était redressé en entendant la clochette de l'entrée, a reconnu la voix de son maître et se précipite vers lui. Enfin "se précipite", c'est un bien grand mot. Disons qu'il a l'air tiraillé entre le désir de se jeter sur son maître et la certitude qu'il va prendre une correction. Ce type à plutôt interêt à se montrer hyper gentil avec ce bon vieux Stitch parce que sinon les choses risquent de mal tourner.
Je retiens mon souffle mais le bonhomme met un genoux à terre et se met à câliner son chien. Il lui chuchote tout un tas de choses que je ne comprend pas et je décide de leur laisser quelques secondes d'intimité. Je suis relativement certaine qu'il n'est pas en train de lui promettre une mort certaine, si il s'échappe encore, dans le creux de l'oreille.

Je m'avance jusqu'à l'embrasure de la porte et attend qu'ils terminent. J'ai bien conscience de n'avoir pas prononcer un mot mais le boss n'est pas là .... .
Finalement le type se relève:

"Excusez-moi, c’est juste qu’on a eu une grosse frayeur… Je vous remercie beaucoup de l’avoir récupéré, s’il lui était arrivé quelque chose… "

Je me contente de hocher la tête en faisant la moue. Ils disent tous ça oui, oui.

"Euh… Est-ce que je vous dois quelque chose ? "

J'hésite une fraction de seconde et lui lance:

"Cent dollars."

Je ne sais pas si c'est physiquement possible, mais ses yeux sont sur le point de lui sortir de la tête.
Du menton, je lui montre le pot en verre posé sur le bureau de l'accueil. Quelques billets reposent au fond, il s'agit en général de pourboire que laissent les gens pour nous "remercier" d'avoir pris en charge leurs animaux.

"J'ai administré les premiers soins à Stitch. Et comme c'est le camion du refuge qu'il l'a amené ici, vous nous devez 50$. Mais puisque vous n'avez pas été capable de surveiller votre chien et quebien plus grave qu'une morsure superficielle aurait pu lui arriver, j'estime qu'une donation de 50$ pour le refuge est un bon moyen de faire amende honorable. Freedom for Paws saura utiliser votre argent de façon utile, ne vous en faites pas."

C'est incroyable ce que ses yeux peuvent être communicatifs. Il est royalement en outré et vraiment, vraiment, en colère. Tant mieux.

"Vous pourriez toujours refuser mais autant vous dire que vous passeriez pour un vrai sale type. Oh, et je vais avoir besoin que vous remplissiez cette fiche pour moi. J'ai dû ouvrir un dossier pour Stitch, ne connaissant pas bien sa situation. C'est la première fois qu'il vient ici et il a l'air en forme donc je suppose qu'il ne subit pas de mauvais traitements."

Il m'arrache la feuille des mains et s'apprête à ouvrir la bouche pour m'incendier.

"Désolée, Monsieur. C'est la procédure."

Et je lui sers mon plus beau sourire hypocrite. Merde alors, ça fait du bien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Vega

avatar

Nombre de messages : 27
Amours : Rien de sérieux
Affinités : Sacha
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: Rescuing Stitch.   Dim 26 Fév - 17:06

"Cent dollars."

" Quoi ? "

Quoi ? C’est une blague ? Cent dollars ?! Je m’attendais à ce qu’elle me dise qu’éventuellement, j’avais une petite somme à régler, et ça aurait été avec bon cœur que j’aurai laissé un peu plus pour le refuge, mais là, elle se fout de ma gueule. Mes yeux sortent pratiquement de leurs orbites, de surprise, mais la demoiselle achève de me foutre en rogne quand elle emprunte un petit ton de donneuse de leçon qui m’insupporte et me balance à la gueule que je dois payer mon irresponsabilité. Pour qui elle se prend ?
"J'ai administré les premiers soins à Stitch. Et comme c'est le camion du refuge qu'il l'a amené ici, vous nous devez 50$. Mais puisque vous n'avez pas été capable de surveiller votre chien et quebien plus grave qu'une morsure superficielle aurait pu lui arriver, j'estime qu'une donation de 50$ pour le refuge est un bon moyen de faire amende honorable. Freedom for Paws saura utiliser votre argent de façon utile, ne vous en faites pas."

Je la fusille du regard, mais je lui laisse pourtant l’opportunité de m’avouer que c’est une farce. Mais non, ce n’est pas une farce, je le vois au regard qu’elle me lance et à ses lèvres pincées. Quelle mégère, j’essaye pourtant de me contenir, de ne pas exploser.

"Vous pourriez toujours refuser mais autant vous dire que vous passeriez pour un vrai sale type. Oh, et je vais avoir besoin que vous remplissiez cette fiche pour moi. J'ai dû ouvrir un dossier pour Stitch, ne connaissant pas bien sa situation. C'est la première fois qu'il vient ici et il a l'air en forme donc je suppose qu'il ne subit pas de mauvais traitements. "

Je lui arrache les pages des mains, ouvrant la bouche, avec l’envie de lui dire le fond de ma pensée mais elle me coupe d’un beaucoup trop hypocrite et  souriant :

"Désolée, Monsieur. C'est la procédure."

Mes sourcils sont tellement froncés que j’ai sans doute perdu 50% de mon champ de vision. Mes mâchoires sont tellement serrées que mes dents pourraient se fendre. Pas moyen que je laisse passer ça. Mais je suis de nouveau coupé par l’intervention cette fois de ma sœur, qui vient de passer la porte du refuge, comme une furie, pour se jeter sur Stitch qui n’en demande pas plus pour la papouiller. Je suis trop en colère et surpris pour me demander comment elle a fait pour arriver aussi vite. Mais je ne tarde pas à avoir ma réponse en apercevant Adrian, du coin de l’œil.
Je n’ai pas envie que Sacha se retrouve mêlée à ce business, alors je sors mon portefeuille et en sors 130 dollars que je fourre sans aucune délicatesse dans le bocal. Agressif, je grogne à l’attention de l’employée :

" Et trente dollars, pour que vous puissiez vous payer une formation d’accueil ou une opération pour retirer ce balai de votre cul."

Merde, je suis complètement vulgaire, pour le coup, mais elle m’a complètement mis hors de moi. Sacha me coule un drôle de regard, les yeux ronds, et elle doit me prendre pour un malade. Je l’entraîne à l’extérieur, avec Stitch dans ses bras. Mais elle s’arrête directement après avoir franchi la porte. Elle me demande pourquoi je me comporte comme ça et me dit que je suis malade. Je soupire : j’ai peut-être exagéré, oui. Je lance un regard en coin à Adrian. C’est difficile de me dire que les choses sont réglées maintenant, j’ai tellement été conditionné pour protéger Sacha que je ne sais plus position adopter avec Adrian. Et pour être honnête, je m’en veux de tout lui avoir collé sur le dos. Je l’ai puni lui, mais je m’en voulais surtout à moi de ne pas avoir été là avant, plus tôt. Je défroisse les papiers, et je me dis que si Adrian et ma sœur peuvent avancer, alors je dois pouvoir changer moi aussi. Je soupire une nouvelle fois.

" Attendez-moi là, j’arrive… " Je fais demi-tour et repasse la porte d’entrée, comme un gamin fautif, le regard un peu noir, mais les gestes un peu gauche. La tête blonde m’incendie du regard et je lève les paumes pour l’arrêter : " Je sais ! Je sais, j’ai été trop loin ! Mais c’est vous qui avez commencé ! Vous faites la hyène depuis mon arrivée ! … Je m’excuse pour… les trente dollars de trop… Mais faites attention à la manière dont vous traitez les gens. " Je repose le dossier incomplet près du bocal en assurant : " Vous n’en aurez pas besoin. Aucune chance que ça arrive de nouveau. Merci et… Bonne journée. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Falyn Walker

avatar

Nombre de messages : 33
Affinités : Alanis, Sasha
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: Rescuing Stitch.   Dim 26 Fév - 19:51

" Et trente dollars, pour que vous puissiez vous payer une formation d’accueil ou une opération pour retirer ce balai de votre cul."

Je hausse les sourcils, surprise. Woaw, le monsieur a de la répartie c'est certain.
Deux personnes sont entrées peut de temps avant et bien qu'ils ne se soient pas présentés je devine que la fille doit être la véritable maîtresse de Stitch. Le chien est beaucoup trop heureux de la voir. Je suppose également qu'elle doit être la soeur du type, ils se ressemblent beaucoup.
Je n'ai pas le temps de répliquer mais les trois personnes sortent précipitemment de la pièce et le gars qui accompagnait la fille m'adresse un brève signe de main, l'air totalement dépassé.
Un sourire commence à apparaître sur mon les lèvres. Ce type me plait bien finalement. Il ne m'a balancé qu'une phrase, mais elle était bien choisi, mais j'ai la sensation que ce type est un véritable volcan. Merde, j'aimerais bien voir ce que ça donne si le volcan explose pour de bon. Je sais, je suis bizarre.

Je m'apprête à retourner dans le bureau, derrière, mais la clochette retentit de nouveau et je m'empresse d'effacer le sourire de mon visage.
C'est encore lui. Je lui lance un regard meurtrier. Pour le fun parce que je ne suis pas vraiment folle de rage.

" Je sais ! Je sais, j’ai été trop loin ! Mais c’est vous qui avez commencé ! Vous faites la hyène depuis mon arrivée ! … Je m’excuse pour… les trente dollars de trop… Mais faites attention à la manière dont vous traitez les gens. "

Une excuse ? Sérieusement ? Woaw, me voilà déçue.
Il s'approche et dépose le dossier près du bocal à billets et me dit en me regardant droit dans les yeux:

" Vous n’en aurez pas besoin. Aucune chance que ça arrive de nouveau. Merci et… Bonne journée. "

"Dommage...." mais il est déjà parti.

Je ne dis pas dommage à cause du chien hein, mais à cause de lui. Il me plait vraiment bien. Et si il croit que me traiter de hyène est une insulte il se trompe. La hyène n'est peut être pas belle mais dans le clan c'est la femelle qui domine. C'est parfait pour moi.

Je retourne finalement à mon bureau mais constate que les trois étrangers sont restés devant la porte et semblent plongés dans une discussion intense. Je pourrais totalement m'approcher et essayer de discerner le nom du type (on entend assez bien ce qui se passe derrière la vitrine) mais mon téléphone sonne: c'est Alanis, ma colocataire.
Elle me parle d'un Hot Cop (peu importe ce que ça veut dire) et d'une fille qui a disparu.

"Je rentre d'ici une vingtaine de minutes. Le temps de fermer et de prévenir Nick."

Nick est mon collègue, c'est lui qui a ramené Stitch. Je raccroche avec Alan et appelle Nick pour lui signaler que je rentre chez moi. L'après midi touche à sa fin de toute façon, je fermerai juste une demi-heure plus tôt.
J'embarque mes affaires et prend bien soin de fermer toutes les portes. Les quelques animaux que nous avons ici allaient bien tout à l'heure mais je décide quand même de refaire le tour, histoire d'être certaine. Nick passera ce soir de toute façon.
Après avoir tout fermé, y compris la porte d'entrée (ce qui me vaut un regard en coin du type), je tire le rideau et file par derrière. Je remonte la ruelle qui longe le refuge et arrive sur la rue principale, là où les trois personnes sont toujours en train de parler. Je passe près d'eux, donne une caresse rapide à Stitch, et me dirige vers l'arrêt de bus.

Samuel. Il s'appelle Samuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Vega

avatar

Nombre de messages : 58
Localisation : Chicago
Amours : La fièvre des planches
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: Rescuing Stitch.   Lun 27 Fév - 0:23

Je n’arrive pas à le croire. J’ai expliqué le problème à Adrian, parce qu’il s’inquiétait, ne comprenant pas mon brusque changement de comportement suite à mon appel. Et il a vu ma détresse, alors il m’a proposé de m’emmener jusqu’à chez mes parents – presque une heure de route, bon sang ! Je pensais qu’il avait une voiture, mais alors que je le suis, je me retrouve face à une vieille vespa (cela dit très bien entretenue). J’ouvre des yeux étonnés et Adrian me questionne du regard. Je n’ose pas lui dire que j’ai la trouille des motos et des scooters. Il y a un sujet plus grave, là, c’est Stitch. Alors je lui réponds que rien, tout va bien. Il m’explique qu’il n’a qu’un seul casque, mais il me le place sur la tête, et subitement j’ai l’impression d’être un astronaute envoyé sur une mission sur la lune.

"Mais, et toi alors ? " je demande, le regard un peu inquiet, mais il me rassure et me dit que ça va aller et qu’après tout, on n’a pas trop le choix. Je suis touchée de comprendre qu’il me place en priorité pour la sécurité. Timide, je le laisse préparer le scooter ainsi que le démarrer et j’attends qu’il m’invite à monter avant d’enfourcher la vespa. Je pose mes pieds sur les petits patins prévus, et j’hésite d’abord sur la position de mes mains quand Adrian me demande de m’accrocher. Oui, mais où et à quoi ? Il accélère et la surprise décide pour moi, me laissant passer mes bras autour du ventre d’Adrian. Il semble se raidir un peu, au début, puis finalement nous prenons la route. Les premiers kilomètres, je suis super stressée et tendue mais je dois admettre qu’il fait attention et conduit plutôt prudemment. Je lui ai donné l’adresse, avant de partir, du coup il sait vaguement où aller, et heureusement parce que c’est assez difficile de discuter comme ça.
Au bout d’une bonne demi-heure de route, alors que l’on passe à l’arrêt, à un stop, j’en profite pour jeter un  coup d’œil à mon téléphone. Je remarque un appel en absence d’un numéro inconnu, un message vocal, et un texto de Sam qui m’annonce qu’il a retrouvé Stitch à un refuge qui, par miracle se situe plus proche de nous que la maison de mes parents. Je suis soulagée. J’indique la nouvelle destination à Adrian et en une dizaine de minutes, nous y voilà rendu. Je descends du scooter et enlace immédiatement Adrian, pleine de reconnaissances.

"Merci, merci merci merci !

Puis je me désengage de l’étreinte pour me précipiter à l’intérieur, où je distingue mon frère par la fenêtre. Je me jette sur Stitch qui vient me faire la fête et je sens quelques larmes de joie m’échapper. Mon bébé est sain et sauf. Je le câline, je l’embrasse, je le caresse et je remarque le bandage à sa patte.

"Oh mon bébé… On va te soigner. Tu as protégé Lilo, c’est bien… Je t’aime mon chien…

" Et trente dollars, pour que vous puissiez vous payer une formation d’accueil ou une opération pour retirer ce balai de votre cul."

J’ouvre des yeux ronds : hein ? Je lance un drôle de regard à mon frère, pas certaine de ce que je viens d’entendre. Pourquoi se montrer aussi vulgaire et désagréable ?? Je n’ai pas le temps d’en demander plus, Sam nous pousse à l’extérieur et j’ai à peine le temps de dire au revoir. Adrian est avec nous et je porte Stitch dans les bras (il est lourd, mais je l’aime trop et j’ai eu trop peur…). Je vois bien l’échange de regard entre Adrian et Sam et je n’ai pas besoin de dire quelque chose, Sam nous demande de l’attendre, le temps d’aller régler quelque chose, nous abandonnant à l’extérieur. Je me retrouve seule avec Adrian. Je hausse les épaules et en profite pour lui présenter Stitch qui après un reniflement lui lèche les doigts, comme pour dire bonjour.

"Merci encore, Adrian… Je…

Mon frère ressort, et nous rejoint, il a l’air contrarié, mais toujours un peu moins que tout à l’heure. Il fait un tour d’horizon, cherchant probablement notre véhicule mais s’arrête sur la vespa.

" Attends, vous êtes venus en scooter ??" il me dévisage et ouvre de grands yeux, à la fois étonné et inquiet.

« Adrian a fait attention … »

" … Désolé Sacha, il était dehors avec Lilo, je ne pensais pas qu’il s’échapperait, il ne bouge jamais du jardin… C’est à cause de ce chien errant là… Je m’occuperais de mettre une clôture."

« C’est rien, je ne t’en veux pas… » Je m’enfouis dans ses bras et lui demande : « Comment va Lilo ? Elle est blessée ? »

Il me relâche et me rassure :

" Tout va bien, une petite blessure, mais plus de peur que de mal… "

La fille du refuge sort, attirant l’attention de Samuel qui ne nous écoutes plus. Alors je l’appelle au moins deux ou trois fois, alors que la fille passe à notre niveau pour caresser Stitch qui lui léchouille les doigts au passage.

" Bon, rentrons à la maison, papa va s’inquiéter. Adrian… Tu viens prendre un verre ? "

Je repose Stitch et souris en entendant l’invitation de mon frère. Je me réjouis et attrape la main d’Adrian pour le supplier d’accepter.

« Dis oui, s’il te plaît… » Je lui dois bien ça après tout.

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Faris

avatar

Nombre de messages : 61
Amours : //
Date d'inscription : 14/05/2008

Heures de colle
Heures de colle Heures de colle:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Rescuing Stitch.   Lun 27 Fév - 13:24

Que les choses soient claires: mes parents m'ont acheté un vespa pour que je puisse me déplacer dans Chicago sans trop de difficulté.J'ai mon permis de conduire, mais ma famille et moi étions d'accord que dans une grande ville comme celle-ci, ça n'est pas très utile pour quelqu'un comme moi. Je n'aurais jamais pensé devoir faire un si long chemin avec. Je l'adore mon scooter, vraiment, - et malgré ce que peut en dire Noah - mais là j'avoue qu'il n'est pas très pratique. Je roule aussi vite que je peux tout en restant très prudent: après tout Sasha est la seule de nous deux à porter un casque. Et puis, je ne veux pas qu'elle me prenne pour un chauffard.
Nous roulons depuis ce que je juge être une demi heure et nous retrouvons à un stop. Sasha me tape sur l'épaule alors que je m'apprête à démarrer et m'indique une nouvelle adresse. Apparemment Stitch est a été emmené à un refuge pas très loin d'ici.
Je prend donc la direction du refuge et lorsque nous arrivons enfin, Sasha descend du scooter et m'enlace. ...Il faut qu'elle arrête de faire ça, je suis en train de m'habituer... .

"Merci, merci merci merci !"

"De rien, c'est normal..." je murmure, la bouche sèche. Mais je doute qu'elle m'est entendu ou même qu'elle ait remarqué mon trouble. Elle se précipite à l'intérieur du refuge d'où on aperçoit Samuel qui parle avec une fille brune. Je me décide à la suivre et arrive au moment où Samuel se montre particulièrement grossier. Ca me rassure, apparemment il déteste tout le monde pas juste moi. Stitch fait une fête de folie à Sasha et je ne peux m'empêcher de sourire.
Malheureusement Samuel nous pousse vers l'extérieur et j'ai à peine le temps d'adresser un signe d'aurevoir à la blonde .

J'échange un drôle de regard avec Samuel. Je ne sais pas à quoi il pense mais j'ai l'impression de voir les rouages qui tournent à fond là-dedans. Finalement il fait demi-tour et retourne à l'accueil.
Je me tourne vers Sasha qui hausse les épaules et me présente Stitch. Je m'approche du chien, que Sasha tient toujours fermement dans ses bras, et tend la main vers lui. Pourvu qu'il ne me croque pas un doigt. Je n'ai pas peur des chiens mais je commence à accepter que les mâles de la famille Vega ne m'apprécie pas particulièrement. Mais non, il renifle le bout de mes doigts et m'accorde une léchouille. Je le gratouille entre les oreilles tandis que Sasha me remercie de nouveau. J'ai l'impression qu'elle voulait ajouter queque chose mais elle est interrompue par son frère qui revient vers nous.

" Attends, vous êtes venus en scooter ??"

Je lève les yeux au ciel près à lui répondre que je ne suis pas un abruti du guidon. Sa soeur est en un seul morceau, non ? Pas la peine de la regarder comme ça.
Ils échangent quelques paroles et je fais deux ou trois pas en arrière. Je me sens de trop, je devrais peut-être repartir. Le chien va bien, Sasha est avec son frère, au final il y a eu plus de peur que de mal. J'ouvre la bouche pour prendre congé mais Samuel me devance:

"Adrian… Tu viens prendre un verre ? "

En plus il me regarde comme si il était sérieux. Je lance un regard à Sasha, certain qu'elle va me dire que son frère plaisante mais non.  

"Dis oui, s’il te plaît…"

"Heu...oui d'accord. Pourquoi pas."

Je lui adresse un petit sourire crispé mais elle ne semble pas le remarquer. Samuel plisse légèrement les yeux mais autrement ne fais pas de commentaire. Peut-être qu'il s'attendait à ce que je refuse ? L'instinct me pousse à fuir parce que je sais qui il y a là-bas. Hugo. L'autre père des jumeaux. Ce type m'a toujours foutu la trouille. Je suis certain que sur son île là-bas, il est le Dieu du tonerre, de la foudre, des tremblements de terre et des raz-de-marée. Tout ce qui fait peur et contre lesquels on ne peut rien faire. Il est hyper flippant. Je ravale ma bile et me dirige vers mon scooter:

"Allez-y, je vous suis. Je connais l'adresse."

Je tente un nouveau sourire mais je vois le rictus de Samuel. Le salaud, il sait.
Je détourne les yeux, mets mon casque et enfourche le scooter. Samuel démarre et je lui laisse quelques secondes d'avance avant de démarrer à mon tour. Je ne vais pas me dégonfler maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rescuing Stitch.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rescuing Stitch.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alec, Stitch et Ses Cousins
» Stitch arrive !
» Stitch Vlad' ? Un zombie ça mange des cerveaux, demi tour les blondes
» Je m'appelle Stitch !
» Dressage de boule de poils ?STITCH, KRYSTAL & HOPE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deep Water :: A new beginning :: Lieux :: Outside :: Animal Shelter-
Sauter vers: